Articles

GHT et Imagerie médicale

Recherche Radiologue

Nous recherchons pour un de nos clients UN(E) RADIOLOGUE Temps PLEIN  ou Temps PARTIEL pour association sur l‘agglomération grenobloise.

Cabinet libéral et dynamique avec accès et participation SCANNER(s) et IRM(s).

Le profil recherché :

Radiologue (h/f) pour compléter l’équipe en place.

Inscrit à l’ordre des médecins

Les statuts proposés :

Praticien Hospitalier ou Praticien contractuel

Poste à pouvoir dès que possible.

Qu’est-ce que la radiologie ?

La radiologie désigne l’ensemble des techniques diagnostiques et thérapeutiques utilisant les rayons X. Par extension, on parle aujourd’hui de radiologie et d’imagerie médicale, afin de regrouper toutes les techniques d’imagerie dont on dispose en médecine.

Les médecins radiologues ont ainsi, à leur disposition, plusieurs techniques d’imagerie dont :

  • la radiographie ;
  • l’échographie ;
  • le scanner ou tomodensitométrie ;
  • le PET scan ;
  • la résonance magnétique nucléaire ;
  • la scintigraphie, etc.
  • sénologie (imagerie mammaire) ;
  • neuroradiologie ;
  • imagerie digestive ;
  • imagerie ostéo-articulaire ;
  • imagerie pédiatrique et foetale ;
  • imagerie génito-urinaire ;
  • imagerie cardiaque et vasculaire, etc.
  • des actes à visée diagnostique (ponctions et biopsies dans divers organes comme par exemple le sein, le foie, le poumon, le rein…) ;

L’imagerie médicale est au cœur de la prise en charge de nombreuses pathologies, et à la croisée de toutes les autres spécialités médicales, qui font appel à des clichés médicaux pour le diagnostic, le traitement mais aussi le suivi des patients.

Il existe plusieurs sous-spécialités en radiologie.

Aux côtés de la radiologie classique, notons que la radiologie interventionnelle est en plein essor. Elle permet d’effectuer des actes médicaux avec l’aide de l’imagerie.

Activités de radiologie

  • Destruction thermique de tumeurs par radiofréquence, micro-ondes ou cryothérapie
  • Chimio-embolisation : injection de chimiothérapie et blocage du sang qui alimente la tumeur
  • Immunothérapie intra-tumorale
  • Gastrostomie : pose d’un dispositif d’alimentation au niveau de l’estomac
  • Cimentoplastie : injection de ciment orthopédique dans un os fragilisé ou douloureux
  • Ostéosynthèse percutanée
  • Biopsie sous scanner
  • Pose de prothèse biliaire, digestive et urinaire

Contactez nous pour plus de renseignements et de précisions : christian.leroux@eticeo.fr

TéléRadiologie

TéléRadiologie et ruralité

TéléRadiologie et ruralité. Dans le cadre des rencontres des cadres de radiologie du grand sud, la pratique de la téléradiologie pour les hôpitaux ruraux a été mise en évidence.

Pour leur 27e édition, un focus particulier a été mis sur la télé-radiologie. Une pratique utilisée partout en France, en raison de la pénurie de radiologues. La télé-radiologie se démocratise depuis deux ans dans le département. Actuellement, le centre hospitalier du Pays d’Olmes (CHPO) et le centre hospitalier du Val d’Ariège (CHIVA) collaborent. «Le CHPO ne compte aucun radiologue et seulement quatre manipulateurs radio contre 25 au CHIVA», explique Armelle Guittard, cadre de santé de l’imagerie médicale au CHIVA.

En raison de ces effectifs, 25 à 30 radiologies réalisées par jour au CHPO sont interprétées par un des six radiologues en poste au CHIVA.

«Cette pratique permet aux patients d’effectuer leur examen près de chez eux, ajoute Armelle Guittard. L’interprétation des documents leur sera envoyée entre 24 et 48 heures.»

Une augmentation de la demande

Depuis plusieurs années, les radiologues constatent une nette augmentation de la demande d’examens. «Passées 19 heures, les médecins de ville ferment leurs portes. Les gens se rendent alors aux urgences. Ceci implique la réalisation d’examens supplémentaires», révèle Alain Lamoure, cadre hospitalier Comminges-Pyrénées.

Une tendance qui se vérifie au niveau national.

«L’imagerie en coupe, de type scanner et IRM, est en nette augmentation. Elle permet des diagnostics plus précis et de déceler des anomalies précoces.»

Source : La Dépêche.fr (23/09/2013)