TéléSanté

La télésanté se développe

Télésanté. Aujourd’hui, nous apprenons que la télétransmission d’électroencéphalogramme est en développement.

En effet, L’AP-HP et plusieurs PME franciliennes développent Smart EEG, un projet de système d’acquisition et de télétransmission d’électroencéphalogramme (EEG) multimodal synchronisé. ce projet vient d’obtenir un financement du Fonds unique interministériel (FUI).

Ce projet a pour objectif de mettre à disposition des professionnels de santé un outil de télémédecine (logiciel et matériel) dédié aux EEG avec support vidéo permettant un diagnostic distant dans les mêmes conditions que le diagnostic local. Il pourra être utilisé dans les établissements de santé, les établissements d’hébergement de personnes âgées dépendantes et à domicile.

Les enjeux et vertus de la télésanté

Ghislaine Alajouanine a insisté sur la nécessité d’organiser des marchés lisibles et constructifs à financement stable, qui permettent aux entrepreneurs d’industrialiser valablement, afin d’être compétitifs et de pouvoir suivre le rythme des changements technologiques.

Elle a également soulevé la question relative à l’absence de politiques concernant le remboursement des médecins qui s’engagent dans l’exercice de télésanté. C’est un point susceptible “de mettre en veilleuse le développement de la télésanté jusqu’à ce qu’elle ne se réveille plus“, a-t-elle prévenu.

L’utilité de la télémédecine n’est aujourd’hui plus à démontrer et il est désormais impératif d’avancer, a-t-elle insisté. “Dans cette optique, la France a besoin d’une force de mobilisation afin de devenir un leader mondial dans le domaine de la télésanté au service du citoyen“, a-t-elle expliqué.

Elle s’est élevée contre ceux qui affirment que la télémédecine coûte cher. “La télémédecine ne coûte pas, elle rapporte“, a-t-elle souligné. Une étude récente suisse montre que les technologies de la télésanté permettent d’épargner de l’argent jusqu’à six voire neuf fois les investissements consentis, a-t-elle indiqué.

Demain, grâce à l’apport des nouvelles technologies relatives à la santé, comme les capteurs qui peuvent surveiller et prendre les paramètres médicaux à distance, c’est le médecin alerté qui prendra l’initiative d’appeler le patient pour un rendez-vous“, a-t-elle estimé.

La présidente de la Commission Galien a, en outre, insisté sur la nécessité d’une “transversalité ministérielle“. La télésanté relève non seulement du domaine de la santé, mais aussi du social, de l’économie, de l’industrie, de l’intérieur, de la défense, du commerce extérieur ou encore de l’aménagement, a-t-elle affirmé.

Vouloir ignorer la télésanté serait de la non-assistance à personne en danger et les entreprises des technologies de la santé seraient en péril“, a-t-elle conclu.

Eticeo accompagne les établissements de santé et les PME à développer des programmes de télésanté/télémédecine.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.