Articles

e-santé

Rapprochement DSI Biomédical

Une évolution organisationnelle qui paraît cohérente selon les évolutions des 2 métiers et la complémentarité des fonctions biomédicales et informatiques tant sur les matériels que sur les systèmes d’information. ETICEO a pu constater cette complémentarité dans un établissement hospitalier où un Directeur Adjoint, regroupant le Système d’Information, le Biomédical et les services techniques, a été nommé très récemment.

Ci dessous : l’article paru dans DSIH.fr : lien direct

Avec la technicité croissante des dispositifs médicaux, qui incluent nombre de composantes informatiques et communicantes, les prérogatives des DSI et des services biomédicaux s’entremêlent de plus en plus. Partage d’expériences sur la collaboration entre les deux fonctions support.

Nouvel hôpital, nouvelles pratiques
Le nouveau centre hospitalier de Gonesse (95) ouvrira en 2014. « Cette nouvelle structure sera l’occasion de formaliser les procédures d’intégration que nous avons mis en place avec le biomédical », explique Martine Autran, DSI* (et présidente du Collège des DSI de CH). Une cartographie des matériels, flux et responsabilités de chacun a été réalisée pour une circulation optimale de l’information. L’originalité du dispositif est l’identification d’un référentdans chaque service ou plateau technique, pour répondre à un premier niveau de support informatique et biomédical. Sensibilisé et formé aux deux versants, cebio-informaticien décide de la conduite à tenir avec la DSI ou le biomédical selon le besoin.

Un même pôle
Au centre hospitalier de Mulhouse (68)la direction a été plus loin en rapprochant, en 2012, les deux fonctions support sous un même pôle de gestion. « Le nœud d’une telle collaboration est l’individu, explique Frédérique Tresch, DSI ; connaître l’autre, ses compétences, ses contraintes. Il faut que la volonté vienne du terrain. »*

Un rapprochement entre DSI et biomédical semble donc inéluctable. Le collège des DSIO et l’Association Française des Ingénieurs Biomédicaux (AFIB) réfléchissent ensemble à des recommandations qui prennent en compte les disparités entre les structures de soins (tailles, nombres de lits, géographie des lieux…). « Il faut sortir d’une organisation des budgets et plans d’équipement en silo, qui occulte la vision transversale de nos pratiques », conclut Alban Pellegrino, ingénieur biomédical, Gonesse.*

*Propos recueillis lors d’un débat sur la collaboration entre les DSI et le biomédical, organisé par la FHF au Salon de la santé et l’Autonomie, le 29 mai 2013.

Article paru sur le site de DSIH.fr le 11 juin 2013.